Trailbuilding au Massif
Blogue

La montagne en préparation vers l'été

Préparer une montagne pour l’été, c’est tout qu’un défi lorsqu’elle constitue le plus haut dénivelé à l’est des Rocheuses. La période de la fonte des neiges est un enjeu important, surtout en haute altitude. Elle dicte toutes les opérations au printemps en montagne.

Qui dit fonte des neiges dit également neige reçue. Cette saison au Massif, nous avons été bien heureux d’avoir de belles accumulations de neige, mais quand celles-ci tombent au printemps, la fonte des neiges se voit conséquemment plus longue. Notamment, la neige fond très lentement aux endroits où elle a été tapée par le passage de skieurs pendant l’hiver, dont en randonnée alpine. Ajoutons-y un temps froid au printemps où la neige persiste même au mois de mai au sommet de la montagne. 

Ce n’est toutefois pas ce qui arrête les merveilleuses équipes en montagne. Ensemble, ces personnes travaillent encore plus fort pour rendre les sentiers de vélo de montagne accessibles dès que possible, question de profiter pleinement des joies du plein air en montagne.

Soufflage feuille

La gestion de l’eau en montagne

Après avoir passé un hiver sous la neige, l’état des sentiers en montagne est une réelle surprise. On ne sait jamais ce qu'on va découvrir. Après avoir marché les sentiers et vu le travail nécessaire dans ceux-ci, les équipes s’occupent de débloquer les ponceaux au besoin, de nettoyer les sédiments, de creuser à nouveau certains fossés, de souffler les feuilles, de créer des passages ou des blocages pour mieux diriger l’eau et ainsi de suite. Le but est que le sol des sentiers sèche le plus rapidement possible. 

 

Trailbuilding au Massif

Réparations majeures faites, on aménage les sentiers

Une fois que tout a été mis en place pour mieux canaliser le passage de l’eau en montagne, les équipes peuvent commencer l’aménagement des sentiers en vue de la saison estivale. Évidemment, l’eau reste un défi constant car il arrive fréquemment qu’après des journées de pluie, les équipes doivent aller remanier la terre et faire de nouveaux canaux pour assécher à nouveau le sol des sentiers.

En fin de période dégel, la fragilité des sentiers est considérable, ne laissant pas le sol aussi étanche qu’il le sera en pleine saison. Il semble parfois dégelé à première vue, mais en profondeur, ce n’est pas encore le cas. Ainsi, la nappe phréatique n'est pas en mesure d'accepter encore toute la quantité d'eau reçue en termes de pluie.

 

Travailler sur l’immense territoire du Massif de Charlevoix, c’est œuvrer sur un terrain de jeu magique et mieux comprendre les particularités des écosystèmes de la montagne. La beauté de notre travail est de vivre en symbiose avec la nature, de s’adapter à son rythme.

C’est pour toutes ces raisons qu’il est important de suivre les mesures d’interdiction d’accès dans les sentiers quand la nature ne nous a pas encore donné son go.